Raconte mon histoire | Poème
867
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-867,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Raconte mon histoire

 

Raconte mon histoire, car moi je ne peux pas.
J’étais enfant alors, ça fait longtemps déjà
On habitait Saint Paul, mon nom c’était Maurice
Papa était tailleur, maman était nourrice.

 

Chez nous c’était petit, mais on y était bien
J’avais plein de cahiers, je ne sais plus combien
Papa était très fier car j’y dessinais tout
Pendant que lui cousait. Ses cheveux étaient roux

 

Raconte mon histoire car moi je ne peux plus
Maman était très belle et elle aurait voulu
Qu’après, une fois grand, je devienne docteur…
Ils ont sonné très fort. Elle m’a dit : ‘n’aie pas peur’…

 

Dis bien comment ils ont enfoncé notre porte
Ils voulaient qu’on s’habille vite et puis qu’on sorte
Maman criait très fort. Alors ils l’ont frappée.
Et dans la rue en bas, le bus nous attendait.

 

Papa voulait savoir où on nous emmenait
Mais l’agent l’a poussé et il l’a fait tomber.
Au Vel d’hiv, tu le sais toi ! Alors dis leur :
Tous ces gens entassés et qui avaient très peur.

 

Moi, je ne pourrai pas, c’était il y a longtemps
Je bouchais mon nez dans ces WC dégoûtants
On avait soif. Pas d’eau. Ma sœur Rebecca
S’était évanouie dans les bras de Papa

 

Toi qui n’étais pas né en ce temps là, dis leur !
Tu n’étais pas monté dans ces bus de malheur
Ils ne t’avaient pas vu, donc tu étais sauvé
Et alors maintenant : à toi de raconter

 

Fais le pour moi et pour mon père et pour ma mère
Pour Rebecca aussi, et ceux qu’ils ont fait taire
Pour mon ami pianiste, le petit Nathaniel,
Qui ne jouera jamais à la Salle Pleyel

 

Pour tous les camarades avec qui je jouais
Dans le jardin d’enfants…. Enfants qui promettaient
De devenir docteurs, comptables ou musiciens
Mais qu’ils ont entassés dans ces infâmes trains.

 

Tu dois la raconter mon histoire ! Promet !
J’ai même pas cinq ans ! Et puis comment parler
Quand ma mère me serre très fort contre son sein
Et puis que je suis mort, avec elle, dans le train.

Robert Boublil

Download Premium Magento Themes Free | download premium wordpress themes free | giay nam dep | giay luoi nam | giay nam cong so | giay cao got nu | giay the thao nu